Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 19:36

A l'approche de Noël, il est normal de revoir un classique adapté à la situation. Le « Kamikaze de l'écran » se doit alors de vous proposer le meilleur... du pire. Et oui, vos mauvaises actions ne vous apporteront pas de cadeaux cette année, vous n'obtiendrez qu'un superbe nanar qui vous plongera pendant 1H20 dans un état dépressif. Attention ! Les effets secondaires sont nombreux : épuisement physique et psychologique, dommages irréversibles à la rétine, schizophrénie, ect.

Aurez-vous le courage de gravir les sommets de la nullité ? Oui ?

Des mauvais films de Noël, on peut en trouver par milliers. Noël, c'est souvent l'occasion de sortir les histoires moralisatrices qui dégoulinent de bons sentiments, de guimauves, de mièvreries. On nous rabâche les éternels discours sur l'entraide, l'amour, le respect de la famille, l'importance de l'amitié, avec un gentil Papa Noël en arrière-fond qui évite de mentionner l'exploitation des petits lutins dans ses ateliers (ça fait tâche, en effet...). Je ne vous éviterais pas cela... Pire ! On va plonger allégrement dedans ! Du kitsch, du coloré, du carton-pâte ! Je vous l'offre, c'est cadeau !

Le titre va déjà faire sourciller quelques lecteurs: « Le Père Noël contre les Martiens » (« Santa Claus Conquers the Martians »). Oui, oui... vous avez bien lu. Ils ont osé ! Le film existe...

Après avoir lu ce « Nanar Express », vous ne serez pas étonné de savoir que ce... truc machin-chose figure souvent comme l'un des pires films de Noël jamais tournés (si ce n'est le plus mauvais). Il a même droit à sa place dans le « top 100 du pire » sur le site IMDb.

Sorti en 1964, le public cinéphile doit cet ovni à Nicholas Webster, un cinéaste du petit écran qui récidivera dans le nanar SF avec « Mission Mars » en 1968.

 

santa claus affiche

  J'ai jamais vu autant de points d'exclamation sur une affiche. A croire que ce film est génial !!!

 

 

Le film commence au Pôle Nord, près de l'atelier du Père Noël. Entre deux blagues lourdingues, un reporter de « Kid TV » (sic) annonce qu'il va s'entretenir en direct avec le célèbre Père Noël. Par la même occasion, il n'oublie pas de préciser qu'il fait -90°C au Pôle Nord. Oui... hum... en effet, une touche de perplexité commence à picoter mon esprit. Si la température du « Pôle Nord » est de -90° (ce qui est faux. La température du pôle varie entre -43°C et 0°C), comment se fait-il que ce mec soit encore en vie !? Il devrait déjà ressembler à un Mister Freeze ! Mais non, il parle tranquillement devant une caméra, sans tremblotter, ni renifler du nez. Bon... on va faire comme si c'était normal. Après tout, ce n'est qu'un film familial. Regardez ce décor en carton-pâte recouvert de neige artificielle. N'est-il pas beau ? Ne transpire-t-il pas l'authenticité ? Bien sûr que si.

Suite à cela, notre guerrier du froid sort du blizzard pour pénétrer dans l'atelier où tout le monde s'affaire à la fabrication des jouets. Le Père Noël explique au reporter qu'il est débordé de travail. Ce qui est normal vu qu'il ne semble faire travailler que deux ou trois pauvres lutins dans son atelier. La production n'a sans doute pas trouver assez d'acteurs de petite taille qui soient motivés pour jouer dans des costumes mal faits. Va savoir...

 

santa-4.jpg


Toutefois, le Père Noël ignore une chose: il y a de la vie sur Mars. Et sur cette planète, les enfants se fascinent pour les émissions terriennes, notamment pour celles où le vieux monsieur barbu apparaît. Faute de budget convenable (ou par manque d'inspiration), les martiens se limitent à des acteurs habillés en lycra, avec les visages peinturlurés en vert et des masques de plongée sur la tête. On rajoute quelques tuyaux et des antennes... et hop ! ça nous fait un martien. Pour ce qui est du décor, le spectateur est propulsé dans du préfabriqué maladroit fait en studio, avec un look SF très « sixties ». En réalité, vous devez vous contenter à des murs peints en couleurs vives recouverts de boutons et de gadgets divers. Entre-temps, nous découvrons le « comique de service » du film: Dropo. C'est un comique de nanar, alors ne lui en demandez pas trop. Il ne peut faire que des blagues lourdingues et des mimiques exagérées. Je n'épiloguerais pas trop sur le personnage. J'essaye de l'oublier !

 

santa-1.jpg

  oui, oui... ce sont des martiens !

 

Le problème est que les enfants martiens sont obsédés par ce personnage. Pire ! Leurs parents s'inquiètent: ils ne se branchent plus à leurs machines, ils ne mangent plus leurs pillules nutritives. Les parents sont même obligés de les endormir chaque soir avec un spray somnifère. Bref, le Père Noël a initié une rebéllion prépubère sur la planète rouge. Le chef martien, Kimar, réuni alors les autorités de la communauté, notamment un vilain moustachu du nom de Voldar, pour arranger la situation. D'emblée de jeu, nous savons que Voldar sera l'antagoniste du film. Mais... ce mec manque quelque peu de subtilité. Le mot pour le décrire serait: « connard ». C'est un petit bourrin de service qui déteste le « bonheur »... rien que ça. Il ne vit que pour la guerre (parce que c'est plus constructif pour les mômes... sauf s'ils se font atomiser la face, là l'éducation se limite à du destructif) et il -je cite - « refuse que les enfants se mettent à rire et à courir ». Rajoutez à cela quelques propos racistes sur les non-martiens, beaucoup de présomption. Et ça vous fait un mec parfait... avec la moustache de Staline.  

 

santa-2.jpg

Voldar, un moustachu né pour être méchant

 

 

Revenons à l'histoire... les autorités décident de demander conseil au vieux sage de la planète, Chochem (il a 300 ans, donc ça en fait obligatoirement le plus sage). Il apparaît dans un nuage de fumée (magiiiie !), fait un long discours plein de sagesse (ou pas) dans de la fumée (ça fait plus... mystérieux) et disparaît dans un autre nuage de fumée (re-magiiiiie !). Son conseil: les enfants ont besoin de joie. Mars a besoin du Père Noël !  

Les Martiens pourraient en créer un, mais non... pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Ils décident de faire une expédition sur Terre pour enlever le VRAI Père Noël. Kimar et les autres membres du conseil embarquent dans une fusée en carton (mouais... il faudrait être cinglé pour voyager dans l'espace avec une chose pareille). Pour être sur que la mission part en sucette, Voldar et Dropo font partis de l'équipée. Et il y a encore un hic: ils ne savent pas où se trouve le Père Noël. Ça aurait été bien de le savoir avant de lancer l'expédition, hein ? Mais... non. Alors que les martiens arrivent dans l'orbite terrestre, ils repèrent avec leurs lunettes de vue des centaines de mecs déguisés en Père Noël dans les rues. Ne sachant pas trop lequel est le vrai, ils se mettent d'accord pour en prendre un au hasard (plouf, plouf... ça sera toi la victime de notre connerie). Le vaisseau atteri près de deux enfants, Billy et Betty, qui se prélassent sous un arbre (en plein hiver !). Betty n'arrêtent pas de jacasser, alors Billy lui demande de la fermer. Il voudrait faire sa sieste tranquille (et mourir tranquillement d'hypothermie). Son souhait sera de courte durée puisque les martiens (ou plutôt trois pauvres cinglés en Lycra avec des casques de plongée sur la tête) les rencontrent et les interrogent poliment sur la cachette du gros barbu vêtu de rouge. Billy déballe toutes les infos qu'il a en stock: il n'y a qu'un seul Père Noël et il vit au Pôle Nord. Les martiens devraient déjà connaître ces informations puisqu'ils captent les émissions terriennes de « Kid TV ». Mais là... il y a un déclic (ah oui, mais bien sur). Tous au Pôle Nord (où la température est de -90°C) ! Ils font prisonniers les enfants afin qu'ils évitent de prévenir les autres terriens de l'arrivée des martiens (mais oui... n'importe qui croiront deux gamins qui disent qu'ils ont vu des martiens !).

S'ensuit une série d'images d'archives (faute de budget) sur l'armée américaine recherchant le vaisseau spatial apparu récemment dans l'orbite terrestre. Anecdote intéressante: certains plans sont tirés du film de Stanley Kubrick, Docteur Folamour (Dr Strangelove, 1964).

Dans le vaisseau, les enfants sont mis sous la garde du mec le plus abruti et le plus irresponsable de l'équipage: Dropo. Il est donc normal que, lorsque la fusée arrive au Pôle Nord, Billy et Betty parviennent à s'évader. Ils décident de prévenir immédiatement le Père Noël de son futur enlèvement (Billy ? J'espère que tu lui expliqueras que c'est de ta faute si les martiens ont trouvés son emplacement). Mais, le chemin est semée d'embûches. Il faudra affronter un environnement hostile (n'oublions pas qu'il fait -90°C, n'est-ce pas ?) et une ribambelles d'ennemis improbables. A noter cet ours polaire qui essaye de déloger les enfants d'une grotte. La scène se résume à un acteur dans un costume fait à la va-vite qui tente une attaque sans grande motivation dans un décor en carton-pâte. S'ensuit l'apparition du terrible Torg, le robot tueur envoyé par les martiens pour retrouver les enfants et kidnapper le Père Noël. Bon... on me l'a fait pas... j'ai su de suite que Torg n'était qu'un tas de cartons peints en gris et bricolés pour lui donner un air robot-esque. Il parvient à attraper les enfants. Je me demande encore comment. A-t-il un pouvoir paralysant ? Torg est si lent que la seule façon pour qu'il attrape une cible soit que celle-ci reste immobile.

 

 

santa-3.jpg

    Le terrible Torg !  

 

 

Bref... je fais un acceleré sur l'histoire. Le Père Noël se fait finalement kidnappé (what the fuck !? Un robot en carton et des mecs déguisés me menacent avec des pistolets en plastiques !). Il y a une autre série d'images d'archives. Sur Terre, c'est la panique: le Père Noël a été enlevé par des martiens ! Après quelques tentatives de Voldar pour tuer le Père Noël et les enfants (parce que... euh... c'est un connard sadique), le bonhomme rouge est reçu comme un sauveur sur Mars. Il travaillera dans un atelier high-tech où une machine fabrique instantanément des jouets en appuyant sur un simple bouton. Pendant ce temps, Dropo rêve de devenir Père Noël. Le vrai Père Noël, lui, se sent las de sa condition. Où est le bon temps où il exploitait trois pauvres lutins ? Là, il est obligé d'appuyer sans cesse sur un bouton (Critique du taylorisme ?). Ce n'est plus la grande joie. Suite à cela, le gros méchant cherche à éliminer défintivement le Père Noël, mais le plan échoue: les affreux sont défaits par des gamins armés d'ours en peluche (mais... merde... vous avez des flingues !!! Utilisez-les !). Le Père Noël revient finalement sur Terre après s'être trouvé un successeur sur Mars: Dropo (noooooon !).  

Le générique défile avec une musique horrible en arrière-fond (en cadeau, vous avez même une séance de karaoké !) 

 

(Silence)

 

 

Hum... que dire ? Ce film a-t-il été fait par une personne normalement constituée ? Ce truc est-t-il une illusion ? Un délire ? Je ne sais pas. Une chose est sûre: « Le Père Noël contre les Martiens » mérite sa place dans le panthéon du nanar. C'est un Ovni qui se bonifiera avec le temps. Plus il vieillira mal, plus il sera... consternant.

Le film est tombé dans le domaine public, ce qui veut dire que vous pouvez le voir légalement et gratuitement en streaming sur Youtube. Bon visionnage et joyeux Noël !

 

La bande-annonce:

 

 

 

 

 

Lef Dur

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens