Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 19:46
mission-impossible-protocole-fantome-mission-impossible-gho
 ... pas de plan, pas de renfort, pas le choix, pas d'originalité, pas d'idées, mais de la bonne humeur
  
 
Pourquoi allez voir MI:4 après le semi-plantage de la franchise ?
  1. Moi, je ne vous pose pas de questions.
  2. Pourquoi pas ?
  3. Euh... ben... pourquoi pas !
On a beau avoir vu le MI:2 nanardesque réalisé par John Woo (qui a eu l'énorme talent de faire un culte de la personnalité autour de la figure de Tom Cruise) et le MI:3 très plat de J.J. Abrams, on peut très bien se dire qu'on a toujours un peu de temps libre dans une journée triste et ennuyeuse. Puis, après avoir vu un film comme "Le Père Noël contre les Martiens", on se dit clairement qu'on n'a plus de limites. Donc, soyons fous !
 
 
Voilà, tu vois que tu peux déjà t'attendre au film d'action standard avec sa dose d'explosions à t'en faire décoller la rétine, de cascades surhumaines et de moments « ahahahahah »... hum... pardon... à se tordre de rire. Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Tout est dans ce film.
 
L'originalité n'est pas encore au rendez-vous. On ose même nous jouer le vieux coup du « méchant russe » qui veut lancer une attaque nucléaire sur les États-Unis. Actuellement, on commence à voir que les scénaristes américains ont du mal à trouver un ennemi convenable pour ses films. C'était le bon côté de la « guerre froide ». Le méchant russe était toujours là pour incarner la grande menace dans les films. Actuellement, la menace se résume à quelques terroristes islamistes qui ont à peine les moyens pour s'acheter des explosifs. Mouais, c'est pas crédible pour créer une menace à l'échelle planétaire. Donc, on se rabat sur les russes ! Ce qui doit être un peu vexant pour eux (et c'est pas l'horrible accent qu'on leur donne qui va arranger les choses).
Pourtant, j'avais dans l'espoir qu'après le grand discours pacifiste de Stallone dans Rocky 4 que tout ces prejugés allaient cesser, mais non:
 
Donc, le méchant est un russe qui a étudié la théorie de l'apocalypse (Sa conception du Beau se résume à une explosion atomique. Chacun son truc, hein) et qu'il a été viré de son taf parce que je cite: « il est fou » (Bon, quand tu vois ce qu'il l'intéresse dans la vie, tu t'en doutes un peu). L'équipe de « Mission: Impossible » est là pour arrêter ses projets !
 
Le film est ponctué de moments épiques et/ou improbables: Un mec qui arrive à viser et tuer deux vilains d'affilée tout en tombant dans le vide (C'est très facile. Vous pouvez essayer cela chez vous), la cachette improbable de l'équipe de Mission:Impossible qui se trouve dans un wagon... en marche (Wagon attaché à un train qu’ils ne contrôlent pas, sans savoir où ils vont et où ils sont. Géniiiiiial. J'adore votre planque. Très pratique), des cascades qui auraient emmené tout être humain normalement constitué dans un hôpital, mais que Tom Cruise enchaîne sans un p'tit mal de dos, la baston épique entre Tom Cruise et le grand méchant (il faut toujours se méfier d'un professeur russe quinquagénaire. Ce sont des VRAIS bagarreurs, des teignes, des tueurs) et n'oublions pas le plan ultime de Tom Cruise pour atteindre immédiatement une valise qui se trouve à 100m plus bas de lui: prendre une voiture et s'écraser en contrebas ! (Il faut savoir que la valise était importante et qu'il ne fallait pas la détruire. Donc, il avait intérêt à être très précis avec le crash de sa voiture).
 
Sinon, nous remercions la société Apple de ses nombreuuuux placements douteux dans le film. Ben oui, Apple est n°1 dans les accessoires d'espionnage.
Testament-Steve-Jobs.jpg
 
 
Vous allez me dire: « Donc, MI:4 est un mauvais film ? ». Je vous répondrez: « nooooon ».
Malgré ces quelques défauts éparses, il reste un des films les plus aboutis de la franchise. On embarque dans une histoire bourrée d'action, sans perte de rythme et où l'auto-dérision est à l'honneur. On ne se prend pas au sérieux et c'est tant mieux. Le personnage de Simon Pegg est d'ailleurs le grand garant de cet état d'esprit bon enfant. Pas de situations potaches ou de répliques qui s'amusent sur des mauvais jeux de mot, on fait place à la finesse et à la subtilité avec des nombreux contrepoints comiques.
 
En termes d'action, des morceaux de bravoure, rythmant le métrage, ne laisse pas le spectateur indifférent (Je pourrais citer la captivante scène de la tour de Dubaï qui débute par l’escalade vertigineuse de celle-ci et se conclut par une poursuite dans une tempête de sable).
Autre point important: Un véritable retour à ce qu'il faisait la beauté d'un « Mission: Impossible". Fini l'individualisme des opus précédents, nous retournons à un esprit plus collectif. Le film renoue avec l'esprit d'équipe si bien connu de la série culte. Ici, Tom Cruise sait qu'il est important de faire confiance à d'autres individus au sein d'un conflit. Chaque personnage est complémentaire. Si un échoue, tout le monde échoue.

Autres clins d'oeil à la série: les célèbres messages qui s'autodétruisent, la musique cultissime (TIN-TIN-TINtinTIN ... ouais, je la chante bien. Je sais, je sais) qui ponctue par-ci par-là les actions du film, les gadgets et les masques hallucinants.

Bref, un petit moment nostalgique pour les uns et un film d'action agréable pour les autres. Ce n'est pas le grand film qui va relancer le genre. Il s'agit juste d'un film communicatif, sans grande ambition.

 

mi4_01-copie-1.jpg

"Ouf... Tom, tu as eu de la chance ! Tu jouais dans un autre film de merde, je te lâchais dans le vide"

 

Lef Dur

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens