Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 19:33

  voleuse-affiche.jpg

 

 

La voleuse de Livres est tout d’abord un roman écrit par l’auteur australien Markus Zusak en 2005. L'auteur donne ici la parole à la Mort elle-même. Je me suis dit : « Super ! Une histoire glauque, racontée par un fantôme avec une cape noire et une faux ! ». Mais en réalité, la Mort est surprenante. Elle commence par planter le décor d’une simple histoire. Une fillette, des mots, un accordéoniste, des allemands fanatiques, un boxeur juif et un certain nombre de vols.

 

On connait déjà la fin au début du livre : « un ciel rouge, une voleuse de livre agenouillée, en train de hurler, entourée d’un ridicule monceau de décombres graisseux concoctés par les humains ». C’est la Mort qui raconte, et elle commence par rappeler une vérité qu’on oublie souvent : tout le monde meurt un jour, c’est inévitable.

 

voleuse-1.jpg

« J’ai encore volé un livre … »

 

 

Les personnages :

 Sa route croise un certain nombre de fois la petite Liesel, une gamine analphabète qui vole son premier livre à l’enterrement de son petit frère. (Comme prévu, c’est glauque). On découvre alors Hans et Rosa Hubermann, le couple atypique qui la recueille pour avoir des allocations. Rudy, l’audacieux garçon aux cheveux couleur citron qui idolâtre le grand Jesse Owens (au cœur du nazisme, quel courage !). Et bien sûr Max, le boxeur juif aux cheveux comme des plumes, que l’on cache au fond de la cave de la rue Himmel.

 

voleuse-2.jpg

« On a fait un bonhomme de neige dans la cave, maintenant on se les pèle ! »

 

Markus Zusak donne à la Mort une douceur, une bonté et une humanité qui font écho à la cruauté de la Seconde Guerre Mondiale. C’est une allégorie attachante, et on se surprend à préférer la Mort au nazisme. C’est ce que j’ai aimé dans ce roman : toutes ces petites choses qui nous rappellent ce que c’est que d’être humain.

 

Bon, le Livre, c’est OK : lu, apprécié, recommandé.

A présent, La Voleuse de Livres, c’est aussi un film.

 

Bande annonce :

 

 

 

Comme souvent dans les adaptations, on est un peu déçu parce qu’il manque toujours quelque chose. Fort heureusement, ils ont gardé ma narratrice préférée (la mort donc). Le squelette de l’histoire est toujours aussi bien ficelé, les acteurs sont bien à l’image que je m’en étais fait, et il y a toujours cette émotion et cette lourde tristesse que j’ai ressenti en le lisant.

 Donc pas trop déçue... mais un peu quand même. Par exemple, déçue que le film oublie un peu vite le petit frère : un train, de la neige, un enterrement, un vol de livre et hop on passe à autre chose. Il n’en reste plus qu’une pauvre photo qui n’évoque rien. Alors que son petit frère la hante toutes les nuits, que Hans (le père nourricier) dort près d’elle chaque fois qu’elle fait des cauchemars … Tout ça, oublié dans le film. Le visage de son frère restera figé dans son imagination, sans pouvoir grandir avec elle. Dans le roman, on saisit mieux l’impact de l’arrivée de Max dans sa vie, et les liens fraternels qui se nouent entre eux, alors que le film laisse beaucoup de questions en suspens. 

 

 voleuse-3.jpg

  Un amour naissant qui fait tâche dans le décor lugubre du reste du film…

 

 

Mais que dire de plus ?

 Au final, ce n’est pas tellement la fin de l’histoire qui nous intrigue, mais son déroulement. Comment les événements ont menés Liesel à avoir cette force de vivre, ce goût des mots et cette passion humaine dans un contexte qui ne s’y prête pas ?

 Malgré les quelques longueurs, il en reste un peu d’émotion. C’est donc un bilan un peu mitigé que je vous rends aujourd’hui ! Maintenant, c’est à vous de vous en faire votre propre idée !

 

 

 

 

Maca.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens