Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 09:49
Qui aujourd’hui n’a pas entendu parler de ce film mythique ? Ce film qui, à sa sortie en 1993, a fait chavirer les coeurs de toute une génération, grâce à un héros brillant, un méchant … vraiment méchant, une gamine qui braille constamment et surtout … DES DINOSAURES !!!
 
 
jurassic affiche
 
 
1993: Le monde reçoit la grosse claque cinématographique de monsieur Steven Spielberg. 900 millions de dollars empochés lors de sa première sortie et un merchandising monstrueux. Mais si, vous vous souvenez ? On emmerdait nos parents pour avoir les jeux vidéos, les comics, les cartes ou les jouets.
 
P1110416.JPG
  « Nostalgiiiiie »
 
 
Gros film commercial qui n'hésite pas à faire la promotion de ses propres produits dérivés en les insérant directement dans le film (puisqu'il s'agit des produits dérivés du parc). Le résultat fonctionne. Le film devient une référence pour toute une génération d'enfants, qui se découvre une passion dévorante pour les dinosaures.
 
A la barre, Mr Spielberg, qui a le plaisir de diriger Samuel L. Jackson (le black du film), Sam Neil (le héros du film), Laura Dern (la blonde du film), Richard Attenborough (le vieux fou du film) et Jeff Goldblum (le cynique du film).
Attention, nostalgie:
 
 
 

Synopsis :

John Hammond, un milliardaire accro aux parcs d'attractions, se lance dans un parc à thème hors du commun : une réserve naturelle de dinosaures. Ayant besoin d’un avis positif pour obtenir l'aval des actionnaires, il fait appel au grand Alan Grant, un paléontologue de renom. Il est accompagné de sa copine Ellie Sattler, du Pr Ian Malcolm, de l'avocat Gennaro et des petits-enfants de John, Tim et Lex.

Alors qu’ils visitent le parc, une coupure d’électricité ouvre les barrières de tous les monstres du parc.

 

jurassic-1.jpg

  Ray Arnold: « Au fait, pourquoi on a cloner des raptors et un t-rex ? »

John Hammond: « Mais... parce que c’est cool, mec ! »

 

 

Bon, cette histoire est connue de tout le monde. Elle n’est pas si compliquée que ça. A l'époque, le film était surtout une démonstration de force d’effets spéciaux très réalistes. Une véritable révolution qui va permettre à nombre de réalisateurs de découvrir que le fruit de leur imagination peut être à présent reproductible sur grand écran et à faible coût.

 

L’équipe du Kamikaze a fait son enquête en l’honneur de la sortie 3D du film. Il ne faut pas se mentir: on peut dire que c’est toujours un plaisir de le revoir (pour la 1500ème fois). On ne peut pas résister à ses répliques entêtantes, à son thème musical emblématique et à ses scènes cultes: celle du verre d'eau qui tremble à l'approche du t-rex, la première rencontre avec les brachiosaures, la chasse des raptors dans la cuisine, …

 

Les plus grandes scènes ont même été réutilisées dans de nombreux films parodiques:

 

 

 

 

 

En revoyant le film (pour la 1500ème fois), il émerge néanmoins de nombreux points qui prêtent à sourire… on ne vous parlera pas des faux-raccords (tout le monde en parle en long et en large, mais ça ne vous a pas dérangé pour autant il y a vingt ans, bande de p'tit cons. Au Kamikaze, on excuse les erreurs de tournage, pas les erreurs scénaristiques), ni les nombreuses incohérences scientifiques (c'est un entertainment familial visant la vulgarisation. On va pas sortir des longues théories barbantes pour faire plaisir aux doctorants en science). Face au re-visionnage de ce film, on serait surpris de voir que le film a bien vieilli, à l'exception d'un élément: l'informatique. Il est vrai que tout paraît désuet. Mais, le film était alors en avance sur son temps. Attendez !

 

Des Jeeps possédant des systèmes de CD-Rom interactifs! Incroyable ! Et que dire du personnage de Lex Murphy, l'adolescente qui connait le système Unix et qui restaure le programme pour assurer le bon fonctionnement du parc d'attraction, aussi facilement qu'une gamine peut checker ses mails. C'est une chose qu'elle doit souvent faire chez elle sur sa petite bécane familiale (sur son minitel ?). Mais bon, elle le dit: « je suis une micro-maniaque ». Hein ? Est-ce que ce terme a déjà existé ?

 

Après tant d'années à se faire berner par l'innocence de notre enfance, il est difficile de concevoir que le scénario est aussi simpliste, aussi mal écrit. Mais si, vous savez... des moments du film écrits à l'arrache, des personnages chiants à souhait… tout ça, tout ça

 jurassic-lex.jpg

  « Merde, ils vont parler de quoi, là ? »

 

 

 

 

Après 20 ans, on vous propose un petit listing de ces p'tites choses gênantes :

 

  • Arrête de gueuler, bordel ! On l’a déjà mentionné: la petite fille de John, Lex Murphy ! Cette jeune fille, déjà inutile d'un point de vue narratif, passe son temps à hurler ! Dès qu’il y a un dinosaure (quoi de mieux pour les attirer) ou dès qu’il y a un bruit suspect, elle gueule aussi fort que la gamine insupportable d'Aliens. La demoiselle pousse même le vice à attirer le T-Rex avec une lampe (mais, t'es irresponsable, toi. Qu'est-ce qui te passe par la tête ? ).

  • Tim ! Passe-moi le fusil, merde !: Alors qu'Alan et Ellie sont aux prises avec un raptor et que Lex se dépatouille avec Unix pour restaurer le système de sécurité, Tim compte les mouches. Il a beau voir qu'Ellie cherche à atteindre un fusil avec son pied, ça lui viendra pas l'idée de le ramasser et de lui filer !

  • Tu bosses dans le coin ? Nan, je dis ça parce que j'ai un doute: Le méchant du film, c’est Dennis Nedry, un mec qui bosse dans le parc. Mais encore aujourd’hui, je me demande pendant combien de temps il a bossé dedans. Le mec est capable de débugger le réseau entier de l’île, mais ne connais pas la route pour retourner au port. C'est pourtant la route qu'il emprunte tous les soirs avec les autres employés pour quitter l'île. Il ne connait même pas les dinosaures vivant dans le parc (il n’y a que dix espèces, merde ! Tu peux au moins apprendre leur niveau de dangerosité avant de sympathiser avec l'un d'eux)

  jurassic-2.jpg

  « D’après toi, je suis gentil ou pas, Dennis ? »

 

 

 

  • J’ai dépensé sans compter : John se targue tout au long du film d’avoir dépensé sans compter. Alors, expliquez-moi pourquoi il n’a pas augmenté Dennis, l’informaticien du parc, au lieu de le sous-payer et de le mettre assez en colère pour pirater le système du parc ? Et s’il ne l’aime pas, pourquoi il ne l’a pas viré ? Tout simplement... ça aurait éviter de se faire attaquer par une horde de dinosaures !

  • Je suis un ninjosaure : Le T-rex a la caractéristique de se faire remarquer assez facilement. Dès qu’il fait un pas, le géant fait trembler le quartier. Alors par contre lorsqu’il vient bouffer les raptors dans la scène finale, les héros du film ne le remarquent même pas arriver… 4 mètres de haut, 6,7 tonnes, il faut croire que ça ne doit pas être assez impressionnant.

 

Malgré ces points négatifs, il serait regrettable de cracher inpunément sur un film qui a bercé notre enfance. Ne soyons pas hypocrite. Si ce film connait un tel engouement depuis plus de vingt ans, c'est qu'il a atteint une sphère du cinéma bien particulière, celle qu'on appelle « les films magiques ». Jurassic Park nous fait rêver. Même si une ressortie en 3D pourrait être compris comme un acte purement vénal de la part de producteurs en manque d'idées, l'oeuvre de Spielberg reste un film de dingue !

 
 jurassic-3.jpg

« On a réussi à faire un film culte, les gars. Soyons fier … pose de héros ! »

 

 

 

 

 

 

 

Lef Dur et Zang

 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens