Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 18:04

Si vous pensez que Hansel & Gretel: Witch Hunters était le plus gros massacre perpétré par le septième art sur une œuvre littéraire, c'est que vous ne connaissez pas le potentiel ahurissant des studios hollywoodiens pour produire des "trucs" aussi débiles et incohérents que ceci:

 

affiche-frankenstein.jpg"Le seul espoir ? Et merde..."

 

 

Hansel & Gretel avait l'avantage d'être (involontairement) drôle. C'était con... mais c'était un bon nanar. Ici, nous avons le summum du gros n'importe quoi, réuni en un concentré d'une heure trente de torture visuelle et auditive. C'est vrai qu'on s'en doutait quelque peu avant d'entrer dans la salle de cinéma, mais que voulez-vous... le Kamikaze aime se faire du mal.

On a eu le droit aux trois mousquetaires dans un dirigeable de guerre, à Hansel et Gretel qui se bastonnent avec des sorcières-ninjas, à Lincoln qui découpe des vampires avec sa grosse hache. Alors, pourquoi pas le monstre de Frankenstein qui fait du free-fight contre des démons. Hein ? ça reste crédible ? Non ? Pourquoi pas ? Vous allez me dire parce que ça ferait forcément une bouse dantesque. Je vous répondrais: "oui, en effet". Même l'aspect du monstre de Frankenstein annonce un navet à (de)venir: il ressemble à Christophe Lambert. Car oui, I, Frankenstein est la preuve qu'Aaron Eckhart a des ressemblances avec le fameux acteur français. Sans rancune, Aaron. Mais bon, je peux me le permettre. Tu as défoncé ta carrière prometteuse avec un film comme celui-ci.

... Bon, imaginez que l'histoire de la créature de Frankenstein ne se soit pas arrêtée comme le veut le classique de Mary Shelley. Ici, le monstre ait parvenu à se débarrasser de son créateur, le Dr Victor Frankenstein, qui le pourchassait à travers l'Arctique. Il arrive ce qui doit arriver lorsqu'on oublie son écharpe à des températures avoisinant les -40° C, on meurt d'hypothermie.

Peu rancunière, la créature décide de trimballer le corps de son concepteur jusqu'au tombeau de la famille Frankenstein, en Suisse (pays d'origine du docteur). Elle aurait pu l'enterrer n'importe où. Mais non, il voulait lui rendre ce dernier hommage. Ok, c'est une bonne action. Mais... c'est-à-dire qu'entre le Pôle Nord et la Suisse, nous avons plus de 4700 km à parcourir dont une petite traversée en mer, vous allez pas me dire que personne durant son trajet n'a vu un mec bizarre en train de porter un macchabée !? C'est tout de même une chose peu ordinaire. Ça aurait dû interloquer certaines personnes. Non ?

Bref, le monstre se crève la pogne à porter un cadavre sur plus de 4700 km, puis arrive dans un cimetière so dark en carton-pâte et enterre son créateur, avec ses effets personnels. Toutefois, trois individus le reconnaissent et l'attaquent. Il fait certes très sombre, mais oui... ils arrivent à identifier leur cible. Ce sont des démons ! Ils ont des cornes, des griffes. Bref, des méchants démons. Leur chef souhaite juste le capturer, mais ça ne les empêche pas d'écraser la poire de leur victime à grands coups de tatanes. Voilà, on va dire qu'ils le désirent vivant... mais pas trop non plus. Le monstre de Frankenstein est en peine, mais le gaillard ne se laisse pas faire et parvient à en tuer un avec une croix à trois branches. Il est même assez surprenant de constater l'aisance qu'a le monstre pour pratiquer le kung-fu. On pourrait penser qu'un cadavre réanimé aurait l'agilité d'un mollusque. Que nenni ! Le docteur Frankenstein a dû faire en sorte de prodiguer à notre p'tit monstre les rudiments du free fight. Mais malgré cette capacité hors du commun, notre héros est rapidement mis à terre. Fort heureusement, des gargouilles se réveillent et partent à la rescousse de la créature. Jusqu'ici voir le célèbre monstre de Mary Shelley se bastonner avec des démons, ça paraissait acceptable (je préserve un esprit enfantin). Mais voir des gargouilles se rajouter à la baston, là on se dit que le scénariste cherche à tester les limites du n'importe quoi ("et là, je vais foutre en plus des licornes, des dragons... puis... puis... des explosions ! Du feu, plein de feu ! AHAH".) On se calme, s'il vous plaît.

Bref, les gargouilles découvrent l'importance du monstre, en trouvant le livre des expériences du Dr Frankenstein sur le corps de la dite personne. Ils décident donc de l'embarquer, en se disant qu'il peut servir leur cause (ben quoi ? Il a bien buté un des démons. Il peut en buter plein d'autres. Non ?). Voilà donc notre balafré embarquer dans une croisade improbable, et surtout... qui ne le concerne absolument pas. Mais bon, il fallait bien un commencement pour démarrer l'histoire.

On l'emmène dans une grande ville (pas de nom précis), et plus précisément dans une cathédrale. Là-bas, la reine de l'ordre des Gargouilles (Miranda Otto) lui explique qu'une guerre fait rage depuis l'aube des temps entre eux, protecteurs de l'humanité et serviteurs de l'archange Gabriel, et les démons. L'existence de ces deux camps doit demeurée secrète aux yeux des humains ! Ça ne les empêche pas de squatter un lieu public comme planque. Quoi de plus normal que de choisir un lieu frequenté comme QG "secret". Personne ne les a jamais surpris ? Etrange. Même pas le concierge de la cathédrale ?

La reine donne un nom au monstre: ça sera "Adam". Elle lui donne la mission sacrée d'arrêter les desseins du terrible prince Naberius (Bill Nighy). Pour celà, on lui offre la permission d'utiliser les armes de l'ordre. Pour désintégrer les méchants démons, elles doivent être bénies ou être marquées de la croix de l'ordre. Il n'y a bien sûr que des armes blanches. Personne ne sait dit qu'une arme à feu pouvait être plus pratique. Adam, lui, choisit deux grands bâtons qu'il manipule déjà comme un maître ninja. Et hop ! il les fourre dans son imperméable (les poches de ce manteau doivent être assez gigantesques puisqu'au fil du film, il met tout et n'importe quoi dedans: des armes, des livres. Un vrai sac de Mary Poppins).

 

frankenstein-2.jpg

"200 ans sans prendre une seule douche. A rendre jaloux un punk à chien"

 

Le voilà enfin intérimaire de "l'Ordre de la Gargouille" (on est d'accord, ça sonne pas trop "sérieux" comme appellation ). Il parcourt le monde, à la recherche d'indices qui lui donneront l'emplacement du prince Naberius. il traîne un peu partout et devine, au milieu des foules d'êtres humains, qui est un démon par un simple regard instinctif (oui, c'est plouf-plouf, ça sera toi le chat. V'la pas le nombre de bavures qu'il a du faire). Puis, paf dans les dents. "Dis-moi où se cache Naberius !". Cette recherche le mènera droit vers une guerre impitoyable entre le Bien et le Mal.

Je ne vous spoile pas le reste de l'aventure. mais sachez que la suite est aussi incohérente et absurde que l'introduction.

 

1/ Notre héros est-il réellement invincible ? Lors d'un combat, un démon lui inflige une vilaine entaille. Ça le met directement H.S. ! Alors que pendant tout le reste du film, on le voit traverser des murs, tomber de 14 étages, se faire renverser par une bagnole... sans subir aucun dommage ! Où est la logique ?

2/ La guerre entre les gargouilles et les démons doit absolument demeurer secrète ! Mais comment peut-elle l'être si des hordes de démons livrent une bataille rangée contre des gargouilles au beau milieu d'une métropole ? Si des explosions éclatent dans les rues ? si des bâtiments entiers s'écroulent en pleine nuit ? Bon... ce n'est pas très grave puisqu'il semble y avoir PERSONNE dans les rues de cette foutue ville.

 

frankenstein-3.jpg

"Chérie, tu me croiras jamais, mais il y a des démons et des gargouilles qui se foutent sur la gueule juste en bas de chez nous"


 3/ Les gargouilles recherchent depuis des siècles l'emplacement du prince Nabérius, alors qu'il se trouve dans la MÊME ville qu'eux. Ont-ils réellement faits des recherches ou alors ont-ils plutôt attendus qu'une pauvre poire comme « Adam » se pointe pour faire tout le boulot à leur place ?

 4/ Le livre sur les expériences du Dr Frankenstein est en anglais. Pourquoi rédigerait-il ses études en anglais, alors qu'il parle l'allemand ? Avait-il prévu qu'une scientifique américaine lirait ce bouquin ? Cette même scientifique qui parvient à assimiler ces recherches en quelques heures. Quelle prouesse intellectuelle !

 

Je ne poursuis pas plus cette liste. Elle serait infinissable .


 « I, Frankenstein » (titre ressemblant à celui d'un mauvais roman autobiographique) est un nanar... proche du « navet ». Débile, mais TROP indigeste. On nous promet le récit d'un héros torturé et lésé, combattant des hordes de créatures démoniaques dans des scènes d'actions éblouissantes. Mais... rien ! Le personnage est sans saveur, rance. La direction artistique est proche du zéro. Enfin, l'oeuvre culte de Mary Shelley est massacrée dans une histoire vide de sens, mélangeant des références « beauf' » comme Underworld, Van Helsing et Hansel & Gretel. Bref... à éviter !

 

 

 

 

Lef Dur

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens