Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 22:29

hugo-cabret.jpg

 

Synopsis:

Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé - en forme de cœur - qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…
 
 
Clémentine Samara:
 
 Hugo Cabret, ou une bonne surprise pour clore l’année.
 
Pour finir l’année 2011 en beauté, j’avais envie de vous parler du dernier film de Martin Scorsese : Hugo Cabret.

A l’origine, je n'étais pas motivée pour aller le voir. Mais on m’a forcée avec un revolver sur la tempe et la menace de détruire ma précieuse collection de billets de théâtre ; ce n’était donc pas les arguments qui manquaient…

Je m’attendais à un énième film d’aventure de Noël: des moins de 13 ans au premier plan en pleine enquête pour élucider je-ne-sais quel mystère de l’humanité, avec pour seul barrage le monde adulte… Je vous laisse juger avec la bande-annonce:

 

 

 
De l’aventure… de l’espoir… du mystère… Ouuuh !! On en frissonne (ironiquement) d’avance.
 

Et pourtant... Si le début est un peu lent au démarrage, on se sent assez vite plongé au cœur de l’histoire. Pour commencer, on ne comprend pas vraiment le lien entre l’automate, la clef, les horloges (le concept du Temps est omniprésent du début à la fin), les personnages qu’Hugo Cabret rencontre… Et même si on ne s’attache pas particulièrement aux deux enfants (les personnages principaux, quand même), on se laisse séduire par le décor de Paris d’avant guerre, les plans remarquablement bien filmés, les jeux d’acteurs, et… petit à petit… par l’intrigue ! Car oui, messieurs-dames, alors que les bandes-annonces ont la très vilaine habitude de révéler les secrets et les intrigues des films, celle d’Hugo Cabret n’y fait que brièvement allusion sans que vous vous en doutiez. Autrement dit : vous serez agréablement surpris de découvrir ce que l’automate d’Hugo Cabret peut vous dévoiler. Honnêtement, je n’ai rien vu venir. Et quand bien même nous découvrons le secret au milieu du film (et non vers la fin…), nous prenons plaisir à nous y plonger dedans, à comprendre le pourquoi du comment, et même, à redécouvrir l’Histoire depuis la fin du XIXe siècle. Une histoire bien ficelée, en somme.

 

scorsese-tournage.jpg

 
Mais il m’est difficile de vous en parler plus sans vous exposer de quoi il s’agit exactement (je ne tiens pas à vous gâcher la surprise si vous compter aller le voir? Surtout si vous n’avez pas lu le livre avant, comme moi)… Je pourrais vous vanter les personnages (Isabelle par exemple, petite fille intello assez rigolote mais qui n’est pas sans rappeler le personnage d’Hermione dans Harry Potter…), la qualité de la B.O. et des effets spéciaux. Cela ne serait pas assez et je suis désolée de ne pouvoir aller plus loin.   

           

Cependant, je pourrais aussi vous dire que la 3D n'apporte pas grand chose au film (une vraie machine à fric... grrr), et que ça a beau être du Scorsese, ça reste un film familial parfumé aux bons sentiments et à l'happy-end prévisible. Mais, ce film est juste parfait pour vous si vous recherchez un film pas prise de tête, un peu de magie et de rêve (un maître mot dans Hugo Cabret), avec des têtes d’affiches (Ben Kingsley, Christopher Lee, Jude Law, Sacha Baron Cohen… Même Scorsese y fait une brève apparition). Et si vous voulez voir un hommage au 7e art, n’hésitez plus: foncez !!

Pour compléter cette critique, il serait désormais intéressant de connaître l’avis de quelqu’un qui a lu le livre, histoire de savoir ce que le film vaut réellement.

 

Sur ce, je vous souhaite un joyeux Noël !

 



Lef Dur



"Hugo Cabret", le retour du film familial "intelligent"

 

Martin Scorsese réalise un conte pour enfants ? Incroyable, mais vrai. Ça serait comme Stallone qui déciderait d'adapter Roméo et Juliette...un étrange mariage. Est-il logique de voir le pape de la violence au cinéma, le maestro des rues sombres et moites de New-York se mettre à réaliser un film familial dans un Paris des années 1930 "tout beau tout propre" ? En voyant le projet, je me suis longuement interrogé. Martin Scorsese se sent-il trop vieux pour rester le réalisateur subversif qu'il a toujours été ? Je crois que non. Il se dit juste qu'il est temps de parler aussi... d'amour (quoi « oh l'autre » !? Bande de grincheux, oui oui... j'ai le droit de parler d'amour)

« Hugo Cabret » est certes l'histoire d'un petit garçon orphelin qui est décidé à découvrir le mystère qui se cache derrière son automate, dernier souvenir qu'il lui reste de son père. Mais, il s'agit aussi d'une déclaration passionnée venant d'un amoureux du cinéma... Martin Scorsese himself ! Connu pour être un restaurateur, un historien et un cinéphile acharné, Scorsese délivre un hommage vibrant au 7ème art. On parle ici de création et de magie autour des œuvres d’art que l’on ne doit pas laisser s’effacer avec le temps. A travers cette histoire qui retrace les dernières années du cinéaste George Méliès (pour les incultes: http://www.melies.eu/ ), c’est même plus qu’à l’inventeur des effets visuels au cinéma que Scorsese rend hommage. Il nous transmet toute sa passion pour le 7e art et partage avec nous ce qui le rend magique et magnifique. Jamais une telle déclaration n'a été aussi belle au cinéma (excepté celle de The Artist).

Il y a donc deux histoires qui se lient au fur et à mesure dans ce récit, celle de Hugo Cabret, jeune orphelin fictif sorti tout droit d'un livre de Charles Dickens, et celle de George Méliès,

cinéaste vieux, desillusionné et personnage réel. Les deux êtres ont un même désir: se « réparer », l'un par la quête d'une famille, l'autre par celle de retrouver la magie créatrice. Par cette trame scénaristique, Scorsese parvient à échapper à un biopic classique et ennuyeux (une mode tenace actuellement) pour un biopic plus captivant et moins conventionnel.

 

 

HUGO-20CABRET-20-3D-20PHOTO4.jpg

 

Les grincheux (comme moi) pourraient dire que l'histoire est similaire à d'autres films familiaux avec ses personnages qui sentent le « déjà-vu » (l'orphelin crasseux, poursuivi par un méchant flic pas beau qui veut le livrer à un orphelinat. L'orphelin rencontre un vieux monsieur qui lui apprend une jolie philosophie de vie... blablabla). Ils circulent tous dans un Paris « carte postale ». Les films américains ont cette manie de représenter la France sous la forme naïve et idyllique des années 1920-30. Ils nous foutent le béret sur la tête, la baguette sous le bras, les p'tits vêtements désuets de grand-père et c'est parti. Je sais que les américains ne sont pas revenus en France depuis le 6 juin 44 et qu'ils adoooorent nous voir ainsi, mais tout de même... il y a eu de l'évolution ! Non ? Bon ben, pardon.

 

10_rpl94.jpg

         ... Le VRAI français, ça serait plutôt ça !

 

De toute façon, l'histoire s'y prête. Le cadre se déroule dans les années 1930. C'est pas grave. On s'en fout. Mais, le côté « tout beau, tout propre » est sujet à discussion. Puis, il y a les deux jeunes acteurs qui amènent une interprétation assez passable (On a échappé au sur-jeu, mais ce n'était pas loin... ouf). Mais bon, ils restent meilleures que ceux de la saga « Harry Potter ». Alleluia.

Malgré cela, je ne verserais pas dans la critique facile et hypocrite. Avec une histoire telle que celle de Hugo Cabret, Scorsese ne prend pas les enfants pour des billes. D'ailleurs, ce film est loin d'être que pour les enfants. Il s'agit bien d'une oeuvre mature et intelligente, une fable poétique sur la magie du septième art, l'intéressement à la culture et l'intérêt pour autrui.

Allez donc en famille voir Hugo Cabret, montrer aux mômes des choses moins abrutissantes. Ça leur changera des monstres verts qui s'amusent à faire des pets ou des animaux qui sortent des vieilles blagues de beauf.

Mention spécial: la mise en image de Martin Scorsese et l'interprétation de Ben Kingsley dans le rôle de Méliès.

 

 

Le Kamikaze vous souhaite à tous un JOYEUX NOËL !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens