Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 12:46
« Billy ! Billy ! Tu sais que tu n'as pas à avoir honte si ta queue devient raide ? Ben, c'est une queue c'est fait pour bander ! … (Axel Folley – Le flic de Beverly Hills)
« Le flic de Beverly Hills » ! Oui, pourquoi ? Parce qu'il est clair que « De l'autre côté du périph » fait référence à ce film culte. Et c'est pleinement assumé !
  
Après « Intouchables » (Vu ici : http://kamikazedelecran.over-blog.com/article-intouchables-critique-de-lef-dur-91652275.html) et « Les Adoptés » (Vu là : http://kamikazedelecran.over-blog.com/article-les-adoptes-critique-d-aurelie-r-91521444.html), à mon tour de faire une critique sur un film français. Accrochez-vous !
 
120x160-autre-cote-du-periph_hd6-882x1200.jpg
 

Un film de David Charhon (réalisateur de « Cyprien », pourquoi pas... Tout le monde fait des erreurs), avec comme indiqué sur l'affiche, Omar Sy du SAV et Laurent Lafitte dans les rôles principaux.

 

SYNOPSIS :

Ousmane Diakité, flic de Bobigny, découvre le cadavre d'une riche parisienne dans sa ville. Le 36 quai des Orfèvres envoie l'un de ses policiers sur l'affaire: le capitaine François Monge, un « playboy » parisien et fils à papa de surcroît qui n'a jamais dépassé le périphérique.

L'enquête va mener notre lieutenant de quartier, prêt à tout pour résoudre son affaire, et son collègue, le bureaucrate qui quitte rarement son bureau, dans une histoire qui les dépassera.

 
repas-omar-sy.jpg
 "Scénario classique de Cop Movie, mais... à la française"

 

Bon jusque là, une chose me choque. Personnellement, je ne connais pas beaucoup de flics, mais je ne suis pas sûr qu'en France, les policiers ont un tel amour de leur job … Mais il faut bien faire rêver.

Le scénario respecte les clichés du genre: le black de banlieue à l'humour ravageur, le blanc plutôt bourgeois qui finit par se décoincer, mais aussi le gros chef de la police qui engueule son agent, mais qui l'aime bien vu qu'il retourne à chaque fois sa veste. Bref, à l'américaine, ça tient bien la route.

 

ET Alors ?

 

Prenez Le flic de « Berverly Hils » et « L'arme Fatale ». Mélangez bien comme il faut, ajoutez une pincée de « Very bad cops » pour l'intrigue et faites cuire le tout à la sauce « Julie Lescaut » ! Vous obtiendrez « De L'autre côté du périph' ».

Pour être franc, j'ai du mal à être objectif. J'ai été bercé par Eddy Murphy et Bruce Willis, les flics cools et les hommes d'action toujours aux mauvais endroits. Forcement, je vais comparer. Mais bon, recentrons-nous sur le sujet !

 

Décors: Certes, Omar Sy a connu un succès sans précédent avec « Intouchables », mais est-ce qu'il était nécessaire de le faire évoluer dans les mêmes décors ? Difficile de s'immerger dans ce nouveau film lorsque l'ombre de « Intouchables » plane au-dessus de nos têtes. Lorsque le personnage d'Omar sort ses blagues sur le clash banlieue/quartiers bourgeois dans les mêmes environnements, ça devient vraiment flagrant. Nous re-voyons le même film. Bon ! L'intrigue demande obligatoirement ces lieux. On va donc dire que ça passe.

Intrigue:Banal, sans grandes surprises, mais cohérent. L'histoire et son contexte pourraient bien coller à notre pays. On y croit. (Remarquez... si on compare, je ne suis pas sûr qu'une bande de terroristes allemands débarquent tout les quatre matins pour piller les States de leur richesse).

 
de-lautre-action.jpg
 "-Bordel, j'ai pris une balle."
"-T'inquiètes pas ! Tu es le héros. Tu ne peux pas mourir !"
 
Interprétation:Rien de foufou. Omar Sy fait du Omar Sy, mais l'a tout de même bien adapté. Il incarne un vrai bon flic américain qui déconne quand il faut, mais qui sait aussi mettre des coups dans les scènes d'action. Très pro. Laurent Lafitte a joué dans beaucoup de films, mais n'a jamais eu de premier rôle. Ici, il se débrouille bien avec quelques répliques mordantes et corrosives. Par contre, les figurants peuvent se rhabiller: une morte qui cligne des yeux pendant un gros plan, ça le fait moyen (Inspiration « Marion Cotillard » ?).

 

A mon humble avis, toute la thune des scènes d'actions et des effets spéciaux ont été mis dans la course poursuite du début du film (avec les mêmes plans que celle d'« Intouchables ». Encore !). Par la suite, on aura juste le droit à des courses poursuites à pied et une scène de fusillade où le spectateur ne pourra voir qu'un mec en galère dans un ascenseur. Pour le mauvais goût, le film nous offre une scène dans… une boite échangiste (tout le monde à poil, yeah!).

poursuite-de-lautre-cote.jpg
 "Cours ! ça fait hyper dramatique !"
"Ouais, mais ça crève un peu... j'ai pas l'habitude, merde !"
 

Jeunes gens, ne soyez pas effrayez. « De l'autre côté du périph » n'est pas si mal. C'est un bon moment à passer entres potes. On a enfin droit à notre buddy-movie américain « made in France » et ça fait du bien. Dommage qu'on ai du attendre quinze ans pour ça.

 

Je vous laisse avec la bande-annonce :

 
 
Et comme ça fait longtemps, j'ai aussi des critiques d'Allociné :

 

Daniellette : « Un film avec notre Omar pour terminer l'année, que demander de plus ? Un agréable moment, de la répartie, drôle, original. Je recommande. »

 

Marioll : « nullissime. je me suis ennuiée à mourir. Déjà je n'aimais pas intouchable. Mais là sa touche le fond!! »

 

Boubacar D. : « Ce film il est pas drole du tout,et l histoire est nul et previsible.Je regrette vraiment mon choix. »

 

 

Zang

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens