Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 17:01
affiche-chronicle
 "Il y a une chose étrange dans cette affiche"
 
Chronicle ! L'année dernière, on nous présentait le film comme le nouveau buzz du net. Moins de tapages que pour Cloverfield, mais la recette restait la même. Là, je me suis dis: « oh non, encore un « found footage ». Cette mode ne va donc jamais s'arrêter ». Depuis le succès du Projet Blair Witch (1999), on nous refourgue sans cesse le principe du « found footage » dans le cinéma de genre (« métrage trouvé » et filmé par un amateur pour donner un style « faux documentaire capté en direct »). Comme toute mode, au début c'est sympa, après ça devient vite lassant, déjà-vu. Le but est d'être plus proche d'une certaine réalité, mais le résultat peut vite gâché l'ensemble d'un film. Il y a juste à voir Cloverfield! Les plans donnent bien cette impression d'être filmé par un amateur. Ça, il n'y a pas de doutes. Mais, pourquoi cette caméra est tenue par un abruti qui passe son temps à avoir une tremblotte monstrueuse ?
Exemple: « oh mon dieu, regardez le monstre est là. Il faut que je le filme ! ». A l'écran, l'image tremble tellement qu'on peut juste apercevoir la silhouette de la bestiole. Le réalisateur nous gâche d'emblée le plaisir d'observer sa grosse bébête. Bon, malgré tout, on se dit que ce n'est pas grave si le reste du film reste mieux cadré, mais non ! Même pas ! Le mec part complétement en live avec sa mini-DV, la fait zigzaguer de droite à gauche, de haut en bas et vice-versa. Deux heures à mater ce truc, c'est presque insupportable.
Chronicle subira-t-il les mêmes défauts ? C'est à voir...
 
 
Résumons tout d'abord le film:
C'est l'histoire d'un jeune gars, Andrew Detmer ! Sa vie est... comment dire... ben, disons-le clairement: il a une véritable vie de merde. C'est le souffre-douleur de ses camarades de lycée, les filles l'ignorent, son père alcoolique s'emmerde donc il passe son temps à le cogner, sa mère est gravement malade, les voyous le connaissent très bien puisqu'il se fait constamment dépouiller par eux. Bref, il y a pas quoi se marrer tous les jours. Heureusement, il y a Matt, son cousin cool, qui lui tient compagnie et qui essaye de l'aider à sortir de son asociabilité. Bon, c'est vrai que c'est pas forcément évident de devenir ami avec un mec qui passe son temps à te filmer. Mais, ce n'est pas grave. Il en fait abstraction et il emmène Andrew dans une fête de d'jeun's où celui-ci subit malheureusement encore quelques déboires. Sa vie aurait pu continuer à être aussi infernale si la star de son bahut, un jeune black athlétique au bagout ravageur du nom de Steve Montgomery ne l'avait pas entraîné avec lui pour filmer une découverte qu'il a fait dans la forêt voisine: (bruit de tambour !) un trou dans le sol ! Ouais bon, ça semble pas incroyable. Mais, des bruits étranges et suspects émergent du trou ! Andrew, Matt et Steve vont donc, comme trois gros idiots inconscients, se jeter dedans. Réaction normale face à une situation périlleuse comme celle-ci. Logique !
Par exemple, un cas d'inconscience comme celui-là pourrait se résumer comme ceci:
Cas n°1:
81ccb90c.jpg
 "Tiens ! un ours furieux ! Et si je lui rentrais dans le lard !"
 
Cas n°2:
Chuck-norris-confession.jpg
 "Chuck Norris ! Je vous parie que je lui démonte sa face"
 
Bon ! Pour les deux cas ici présents, j'ai pas besoin de vous faire un dessin pour vous dire comment ça va se passer par la suite.
 
Nos trois énergumènes font face ensuite à un gros cristal luminescent. Parasites. Gros flash. « BOUM ». « aaaaaah ». NOIR.
Puis, ils se réveillent avec des super-pouvoirs qui vont essayer d'apprivoiser, de connaître et de contrôler. Mais, le don qu'ils acquièrent ne renferme pas que des avantages. Il va aussi dévoiler ce qui a de plus profond en eux: de la colère, de la frustration, de la reconnaissance. Face à une telle puissance, les bavures ne sont jamais loin.
 
Mon avis:
Derrière les figures stéréotypées et éculées d'un teen movie surfait se cache un véritable film de divertissement qui ne prend pas son spectateur pour un gros naze.
Premièrement, le jeune réalisateur Josh Trank aurait pu vite transformé son récit en une banale histoire de super-héros clichesque avec la fameuse bataille manichéenne entre un super-gentil et un super-vilain, mais il évite de nous servir la même soupe. Chronicle n'est pas un film de surface. Il creuse et insiste sur les liens entre les personnages. C'est une histoire d'amitié entre trois jeunes gens, une amitié qui s'étiole au fur et à mesure de la découverte de leur pouvoir et, par extension, d'eux-mêmes, une amitié qui s'achève en un combat fratricide mémorable dans la ville de leur enfance.
Deuxièmement, Chronicle aborde un thème qui n'est pas à négliger: la découverte de sa propre violence, de ses propres limites. Les pouvoirs deviennent un moyen d'extérioriser la colère et la frustration du personnage principal. Tandis que ses deux amis sont peu à peu effrayés par la puissance de leur don, Andrew va jusqu'au bout, brise les codes et délivre ce que l'humain peut faire de pire. On passe déjà d'un simple entertainment à une petite fable philosophique sur la violence instinctive de l'homme, les dangers qu'elles impliquent (d'où la comparaison faite par Andrew entre son état et la théorie de l'évolution des espèces, le « sur-prédateur »). Un peu déjà-vu, mais ça demeure bien exploité.
Troisièmement, le principe du « found footage » sert enfin à appuyer un propos intelligent. Andrew est un personnage perdu qui cherche à se trouver une image, à trouver une reconnaissance. Celui-ci aime l'idée d'être filmé, de faire virevolté sa caméra autour de lui. Le « found footage » est justifié par le désir compulsif du protagoniste d'être vu, d'être considéré autrement.
 
Bref, ce n'est pas un film à prendre de haut. Entre les ballets aérien et la grande scène de destruction, Trank déploie une mise en scène correcte (des jolis mouvements de travellings), aussi à l'aise dans les petits événements que dans le spectaculaire, pour offrir à son spectateur une fable intelligente et perspicace.
P.S.: j'ai vu le film en VF et... disons-le... elle n'est pas top. Horrible.
 
Si vous voulez un avis contraire sur le film, passez sur Allociné:
 
« Un film nul! Qui ma énormément déçu. Pas d'histoire!! On s'ennuie au bout du premier quart d'heure! Pfff » - Stareva
 
« Nulllllllllll sans intérêt ces quoi le projet de ce film Triple Senario déjà vu pfff ! Vraiment déçu » - Youssbenz
 
Lef Dur
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens