Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 16:51
338371.jpg
 
Un film de Peter Berg, réalisateur de Hancock. ça annonce déjà un peu la couleur…
 
A mi-chemin entre la "Bataille Navale", Transformers et Titanic. Aujourd’hui, nous allons vous parler de Battleship, un film où il y a des explosions, de l’eau, des aliens, de l’eau, des gros bateaux, des acteurs sur mesure... et encore de l’eau !
 
Bande annonce *:
*Bande-annonce mensongère : Les extra-terrestres n’étaient pas présent en mer durant des années, ils viennent d’arriver

 
CRITIQUE DE ZANG:
 
Dans l’équipe du Kamikaze, on aime se lancer à l’aventure en allant voir des films qui vous vendent du rêve rien qu’avec une bande-annonce ! En voyant ce « trailer », ma première réaction a été celle-ci: « ça sent le nanar, je veux le voir *rire diabolique* ».
 
Synopsis :
Au large des côtes d’Hawaï, l’U.S. Navy et le Japon exécutent des manœuvres d’entrainements. Ils se retrouvent confrontés à l’amerrissage de vaisseaux venus de nulle part et potentiellement dangereux.
A bord de son bâtiment de guerre, l’officier Alex Hooper, accompagné de son équipage, vas devoir faire face aux aliens qui viennent pour nous coloniser !
 
81c7ed72-832c-11e1-b3f8-4d7d21e91c14-493x328.jpg

« Allez !!! Venez bande de méchant extra-terrestre ! je vais vous éclatez, moi !!!! »

 

Alors pour commencer.... A la base, Battleshipc’est ça :

battleship-live.jpg

Comment voulez-vous arriver à faire un film sérieux quand votre scénario tout entier arrive à reposer sur une table de jeu ? Tout un défi, je pense.

L’histoire n'est pas bien compliquée: Nous ! Pauvres humains que nous sommes, nous avons découvert une exoplanète comparable à la Terre. Comme nous sommes super amicaux, on décide d’envoyer un message là-bas, histoire de voir si quelqu’un y habite et des les inviter à un barbecue. Ce qu’on n'a pas prévu, c’est que les extra-terrestres n’aiment pas les messages surprises ! D’un autre côté, on a un héros profondément viril qui s’énerve si on se moque de sa coupe de cheveux et qui a appris à faire la guerre devant « Rambo ». Philosophie de vie : « Faut tout faire péter ! »

battleship604-604x405.jpg

« Allô John, j’ai fait comme toi. On leur à foncé dans le lard … Bon, ils ne sont pas content. Je fais quoi ?? »

 

Et Alors ?

« Bonjour mesdames et messieurs, bienvenue au festival des scènes les plus improbables de l’histoire du cinoche à gros budget. Ce soir, je tiensà vous présenter mister Alex Hooper, le sous-officier le plus inconscient de l’histoire »

Notre star du soir à bien été Taylor Kitsch (vu dans John carter, un autre hérosviril), qui en plus d’avoir un nom sur-mesure,a su nous prouver qu’il est fait pour les rôles d’homme fort sans cerveau. Au début du film, Alex Hooper est un pauvre type prêt à aller en taule pour séduire une fille. Il se fait engager de force dans la marine (par son propre frère) et devient un officier gradé (avec Lef Dur, on se demande toujours comment il a fait). A cause de son égoïsme, Alex fait perdre son équipe à une rencontre footbalistique de la marine, casse la gueule à un japonais parce …. parce qu’il l’a surpris à se laver les mains et provoque la destruction d’un bateau (celui du japonais a qu'il a cassé la gueule en plus). Bref, c’est un boulet. Mais comme il s'agit du héros, c’est un boulet.... classe.

 

ordre.jpg

  « Putain, ils sont cons ces ricains ! » | « Agrouh, bastons, BASTONS !!!! »

 

D'après les affiches, le deuxième personnage principal est Rihanna (Vous l’avez sûrement vue dans…. plein de clips). Elle ne sert pas à grand-chose, sauf à commenter les événements du style: *personnage inutile* : « Attention, on va se faire attaquer » *Rihanna* :« On se fait attaquer, attention » … et si elle ne commente pas, elle parle pour ne rien dire (exemple le plus flagrant étant lors d’une scène emplie de tension suite à la découverte d’un corps extra-terrestre, la miss nous raconte les histoires de son grand-père …. SUPER !)

 battleship-rihanna-kitsch- «Comment tu es rentrée dans le studio ? »

- « J’ai vu de la lumière. Je croyais qu’on tournait un clip. Raté ! »

 

Dans ce film, tout le monde en prend pour son grade. Comme aux States on est cool, on part du principe que les aliens sont comme les terriens, donc avec plein de défauts ! Pour le coup, j’ai jamais vu d’envahisseurs aussi peu intelligents.

 

Primo: les mecs sont sensés être hyper évolués, mais ils ne nous avaient jamais découverts (nous, on utilise trois antennes et un satellite et hop, on les contacte). Avec toute leur technologie, j’ai du mal à y croire, mais bon.... why not !

Deuxio: A l'instar de la nôtre, leur technologie est super mal fichue: leur vaisseaux sont grands, ont voyagés à travers la galaxie, mais leur plus gros vaisseaux de combat ne volent pas … ils sautent sur l’eau.

Je dois aussi vous parler de leurs détecteurs qui virent au rouge lorsqu’il y a une menace. Tout le long du film, ils l’ont passé en mode aléatoire car  un bateau armé de canons, c’est pas dangereux quand il n’avance pas, mais une autoroute, c’est dangereux ! Pour couronner le tout, les designers ont décidés de leur filer la dégaine des soldats de « Halo ».

 

halo.jpg

 

A gauche « Battleship », à droite « Halo »

 

On a aussi eu le droit à un scientifique qui a un diplôme (c’est sur) mais pas en science, au mousse qui ne sait pas quoi faire sans ordres, à la blonde sexy qui ne sert à rien et au militaire cul-de-jatte en déprime qui part à l’aventure pour casser du martien. D’ailleurs ce fabuleux militaire est plus intelligent que notre geek diplômé, mais défie quand même un alien au corps à corps. Imaginez la scène ! Le mec n'a plus de jambes, mais décide quand même de casser du méchant qui le dépasse d’un mètre. RESPECT !

 

truc.jpg

 

*Position du héros prêt à rentrer dans la pomme des méchants !*

 

 A mon humble avis, la scène mythique du film reste l’arrivée des militaires à la retraite qui viennent donner un coup de main aux personnages principaux. Les papys qui habitent sur un vieux bateau-musée décide de reprendre le large pour défoncer la gueule à « ces lopettes »,. Chapeau !

 

Il y une quantité phénoménales d’événements improbables dans ce film (et je ne parle pas de l’invasion. A côté, on peut y croire). Faire une liste serait trop long. De ce fait, je vous conseille d’aller le voir, mais … laissez votre cerveau chez vous.

Sur allociné, il reste quelques personnes* fans de n’importe quoi :

 

« Une belle démonstration de force navale américaine, des supers méchants robotisés, des acteurs de talents, un bon scénario, des effets spéciaux époustouflants et à la fin une petite porte pour un éventuel n°2. En bref j'ai passé un super après midi ! » - Fildediane

 

« Du grand spectacle mais ça dégouline de patriotisme américain!!! Brooklyn Decker est magnifique!!! » - Franck Germanotta

 

 

*quoi ? Je n’ai rien de mieux, mais sur allociné les commentaires assassinent le film ^^’ ….

 

 

CRITIQUE DE LEF DUR:

 

Battleshipest un monde différent du nôtre, mon ami. Il faut que ça soit clair. Nous entrons dans un univers étrange et incohérent. C'est une autre dimension où la connerie prime sur le bon sens, où la débilité profonde n'est plus une tare, où les lois de la physique sont transgressées, où l'homme devient un être surhumain. Tu te considères comme le plus gros abruti de la Terre ? Sache que dans ce monde, tu auras une place d'or, voire le statut de super-héros invincible !

 

L'histoire commence avec une explication offerte par un pseudo-scientifique sur le pourquoi de la vie sur une planète. Il faut savoir que si une planète est trop près du soleil, « c'est trop chaud » et si une planète est trop loin du soleil, « c'est trop froid » (J'en découvre des choses, mon Dieu. Je mourrai moins con cette nuit). Pour que cette planète soit habitable, il faut qu'elle soit à mi-chemin avec le soleil. Dans cette logique, des scientifiques décident d'envoyer un signal vers une planète qui rentre dans cette catégorie afin de voir si un joyeux extraterrestre décide de répondre au message. Malheureusement, le signal ressemble plus à un énorme rayon laser dévastateur. L'intensité est telle que tu as l'impression qui vont faire péter la planète (tu m'étonnes que les extraterrestres vont rentrer de suite en communication avec eux. Mais, ça sera sans doute pour leur péter la gueule et les engueuler d'avoir cramer la moitié de leur astre).

 

explosiionplanete.jpg

 "Oups ! Désolé, je crois que j'ai réglé un peu trop fort le rayon"

 

Par la suite, nous suivons les péripéties d'Alex Hooper, un individu peu commun. Armé du QI d'un buffle, il parvient à devenir en quelques jours / mois (oui, c'est un monde où les ellipses sont complétement foireuses) et sans aucune qualifications le tireur responsable d'un destroyer. Ça devient presque rassurant de naviguer sous les ordres d'un mec irresponsable qui résume un cuirassée à « un bateau qui sert à s'en prendre plein la face » et un destroyer à « une machine à pulvériser de l'ennemi » ou de ne donner qu'un seul impératif ( « on fonce dans l'tas ! »). Bon, le réalisateur a assez foutu de propagande dans le générique pour ne pas faire passer la marine U.S. pour une bande de branquignols mous du bulbe (Une magnifique série de plans dynamiques sur des bateaux et des beaux marins sur fond d'AC/DC. Ça rigole plus !). Bref, Alex Hooper est comblé: il est le futur époux d'une belle blonde à forte poitrine qu'il a réussi à séduire en se faisant électrocuté par la police (oh mon dieu, ses spasmes et sa bave aux lèvres me font rêver), mais il a le défaut d'être très impulsif lorsqu'il voit un japonais du nom de Nagata. Il suffit qu'il rentre dans la même pièce que lui pour qu'il décide sans aucune raison de lui défoncer la face.

 

Malheureusement, les extraterrestres débarquent (sans doute pour savoir qui est le gros con qui s'amuse à envoyer des rayons lasers vers leur planète). De gros vaisseaux tombent au large d'Hawaï. C'est la panique à bord. Devenus subitement cons, la NASA et les spécialistes n'entravent que dalle et se tourne vers le scientifique le plus incapable de l'histoire pour répondre à leur question: « qu'est-ce qui se passe ? ». La réponse du scientifique: « Ben... je sais pô ». Mon dieu, autant d'années d'études pour en arriver là. C'est triste.

 

Pendant ce temps, la marine s'en prend plein la face. Deux navires se font exploser. Alex Hooper monte en grade et devient le GRAND capitaine du destroyer (« oh mon dieu, on va tous mourir. Les femmes et les enfants d'abord »). Alors que deux navires se sont laminer sous ses yeux, il ne voit qu'une seule option raisonnable: « on leur fonce dans le tas ! beuarrrrrrgh». Malgré le fait que la majorité de son équipage soit aussi ahuri que lui, on lui déconseille fortement son initiative de néanderthal. Malheureusement, ça ne sera que la seule bonne décision prise dans ce film. Le reste ne sera qu'une suite de plans étranges, incongrus et/ou loufoques, comme réaliser avec son navire une figure improbable en lançant l'ancre en pleine accélération afin de réaliser un dérapage complet sur la mer tout en tirant sur l'ennemi (WTF) ou... foncer dans le tas... oui, encore ! En matière de connerie épique, ça devient phénoménale.

 

A l'instar de notre héros, les autres personnages du film sont atypiques. Rihanna joue le rôle d'un meuble qui ne fait que résumer ce qu'on voit à l'écran. Son seul fait d'arme est de se relever sans grandes encombres après avoir reçu des énormes beignes de la part d'un alien équipé d'une armure métallique. Elle est accompagnée d'un soldat autiste qui fait une crise d'épilepsie à l'idée de ne pas recevoir d'ordre d'un supérieur hiérarchique et de faire l'incroyable conclusion que les yeux des aliens ressemblent à ceux de son lézard domestique (Merci mon p'tit gars, c'est... hum... fort intéressant).

 

Dans ce bordel, nous découvrons deux des scènes les plus ridiculement stupéfiantes du cinéma.

 

N°1: N'ayant plus de navire pour botter les fesses des aliens, Alex Hooper décide de récupérer le bateau-musée de l'USS Missouri, bâtiment rescapé de la célèbre attaque de Pearl Harbor. Il constate rapidement qu'il n'a pas assez d'hommes pour le manœuvrer. Fort heureusement, une armée entière de vétérans de la guerre sortent de tous les côtés (Il faut croire qu'ils vivent tous dans le bateau-musée... ou qu'ils sont exposés ici). Avec des magnifiques effets de ralentis, ils avancent glorieusement vers le héros. Sur un air du groupe AC/DC (sans doute la musique préférée du producteur), cette joyeuse armée de vieillards vont mitrailler, défoncer du alien tout en les injuriant dans une VF déplorable. Inoubliable et hilarant.

 

acdc-logo.jpg

 "AC/DC, musique n°1 des films d'action pour beaufs"

 

N°2: Lorsqu'un infirme de guerre (dont les deux jambes ont été amputés) dit à la copine du héros qu'il va régler le cas d'un gros alien musclé, on a beau essayer de voir une belle scène humaniste sur la volonté d'un homme de se battre malgré son handicap, le film n'arrive qu'à montrer une scène hautement ridicule. Alors que l'alien dispose d'une force trois fois plus supérieure, l'infirme arrive à le mettre K.O.. Je pense que la réalité serait tout autre. Mais bon... laissez ! Je pense pas que ça dérangera pas le spectateur. Ça paraît tout à fait plausible.

 

 

 

Conclusion:Battleshipest certes un « touché-coulé » géant, un film moche avec une histoire déjà-vu menée par des personnages stéréotypés. Certes, les situations sont incohérentes et improbables. Certes, l'inutile Rihanna n'est peut-être présente que pour cachetonner. Mais, il est toujours bon de rigoler devant un bon nanar tel que celui-ci. Vous pouvez demander à Zang, mon collègue kamikaze: ce film est une comédie à hurler de rire.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens