Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 17:40

annabelle-affiche.jpg 

 

Voguant sur le succès du film The conjuring : les dossiers Warren, Annabelle a fait couler beaucoup d’encre dans la presse.

 Ce film a révélé un phénomène de société lié au public adolescent, à savoir le besoin de se faire gentiment peur à plusieurs, à la fois comme un prétexte pour parader entre amis, sans se prendre la tête sur un film pas trop complexe. En cela, Annabelle joue parfaitement son rôle. Les salles obscures ont ici un excellent produit pour un jeune public souhaitant se défouler.

 Qu’en est-il cependant de la qualité de ce film ? Avant toute chose, un petit résumé de l’histoire.

 Allociné : « Une nuit, les membres d'une secte satanique s'introduisent dans leur maison et agressent sauvagement le couple, paniqué. Et ils ne se contentent pas de faire couler le sang et de semer la terreur – ils donnent vie à une créature monstrueuse, pire encore que leurs sinistres méfaits, permettant aux âmes damnées de revenir sur Terre : Annabelle… »

 

 

 

 

Grosso modo, une poupée possédée va faire une grosse peur à un petit couple mignonnet, dont la femme est enceinte. Tout est réuni pour faire un film d’horreur réussi... jusque-là.

 Tout d’abord, commençons par ce qui est bien fait dans ce film. Comme il n’y a pas grand-chose, ce sera rapide.

Nous avons tout d’abord d’excellents décors, nous remettant admirablement dans le contexte des années 1970. Les vêtements, objets (exemple landau), meubles ou décorations d’intérieur sont très soignés. Il en va de même pour les plans avec un joli travail de cadrage mais aussi de lumière. On y voit les grandes ficelles propres au film d’horreur, ce qui nous met dans l’ambiance voulue.

Mais malheureusement, il n’y a rien de plus d’intéressant.

Le scénario ne tient pas la route, les acteurs sont franchement mauvais, et les scènes qui doivent faire peur sont assez ridicules.

 

Premier mauvais choix : la poupée.

 

annabelle-1.jpg

 

Comment croire qu’une telle poupée ait pu plaire un jour pour qu’on l’achète ? Encore plus fort, c’est une poupée qui se veut chère et rare. Le héros, gentil mari attentionné, en fait cadeau à sa femme enceinte, collectionneuse de poupée. Pourtant, un peu plus tard, la belle poupée sera jetée à la poubelle sans façon. Assez étonnant, sachant que l’intrigue autour d’elle n’a même pas encore commencé. Pourquoi ne pas la vendre si elle coûte chère ? Miracle, celle-ci sera retrouvée par la suite dans un carton sans que l’on se pose plus de questions que ça.

Entre l’aspect de la poupée et son introduction dans le film, on a bien compris qu’elle sera méchante. La combine pour focaliser notre peur autour de la poupée Annabelle est vraiment grossière, ce qui la rend vraiment peu crédible dans son rôle.

D’ailleurs, je ne sais pas pour vous mais cette pauvre poupée m’a fait penser à ce bon vieux Chucky.

 

chucky.png

"Je suis démoniaque ! I'll kill you "

 

 

Second mauvais choix : la gestion de la temporalité:

 Le gros avantage, c’est qu’au moins, on se passe d’un préambule infini et de longues contextualisations souvent chiantes des débuts de film d’horreur. Ici, le gentil couple se fait agresser par le couple sataniste presque au tout début du film. L’histoire est vite lancée.

Mais ensuite, que de lenteurs, de passages inutiles. On voit 100 fois l’héroïne faire de la couture en plan rapproché sur sa machine et ses ongles impeccablement manucurés, mais on ne sait absolument pas ce qu’elle coud avec autant de régularité ?! Limite, elle en est presque couturière. Quel beau, quel magnifique cliché de la femme au foyer.

On alterne l’action à l’inaction la plus totale avec un suspens des plus limités. Les seules scènes intéressantes semblent avoir été tournées uniquement pour faire une bande annonce attractive, car le reste est carrément du remplissage.

Le pire est encore cette fin qui arrive n’importe comment. Tout s’enchaine très vite. C’est bâclé, vite bouclé pour un public qui on le sent s’impatiente un peu.

 

Dernier mauvais, très mauvais choix : le scénario.

Ayant eu du mal avec le scénario, et curieuse de cette poupée qui existe réellement, je me suis documentée. Et surprise, d’une part la poupée n’est vraiment pas la même.

D’autre part, l’histoire n’a rien à voir avec les faits relatés par les Warren.

Du coup, j’ai mieux compris pourquoi rien n’avait de sens. La poupée réelle est tellement innocente, mignonne, qu’elle fait bien plus peur qu’une poupée moche pour être moche.

Dans Annabelle, rien de crédible. Côté entité démoniaque, on mélange un peu tout : un peu de la sataniste tueuse du début, un peu d’elle revenante monde enfant, puis mode adulte folle, un peu de la poupée et puis bah tant qu’on y est, un peu du diable. annabelle 2Ce dernier est à mourir de rire, tout en noir avec une belle fourche à la queue. Parfois, il est seul, parfois il tient la poupée. Si on associe à l’écran, la poupée + le diable, recette terreur assurée non ?

 

 

 

 

Vraie poupée Annabelle dans sa vitrine

 

 

 

Pour conclure, ce film est uniquement une production, j’insiste sur ce mot, un pur produit confectionné pour un public adolescent ayant un faible esprit critique. C’est vraiment dommage car les ingrédients de base étaient là. Pour ceux comme moi, qui ont appréciés The conjuring, faites-vous l’économie d’une place de cinéma et passez votre chemin devant Annabelle.

 

Aurélie R.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Stan 31/10/2014 08:49

C'est clair qu'elle n'a pas le charisme de Chucky cette pauvre poupée, ceci dit, je connais des gens qui en achètent et des encore plus moche, je t'assure lol !

Je n'ai pas eu la chance de le voir, et malgré ta critique il faudra que je m'y penche lorsqu'une vo sera dispo...

Pour ce qui est du respect de l'esprit 70's, tu le vois comme un bon point, de mon côté je vois ça comme le minimum syndical, je repasserais une fois le visionnage effectué...

Sympa la kro' !

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens