Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 17:49

community_1253875426.jpg

 
Synopsis: 

 

Radié du barreau pour avoir triché à son concours d'entrée, le cynique Jeff Winger se voit contraint de s'inscrire dans une fac publique minable, l'université de Greendale (Colorado), pour repasser son diplôme. Sur le campus, Jeff intègre un groupe d'études en espagnol uniquement pour draguer la jolie blonde Britta mais la fréquentation de ses nouveaux camarades va peu à peu grignoter sa nature égocentrique et manipulatrice

 

 

1.  Un concept (un ensemble show) et un cadre (la faculté) qui ne sont pas certes originaux mais le traitement qui en est fait transforme ces lieux communs en un ovni drôlatique.

 

2.

Un humour inédit !

Allant du méta-humour (le personnage d'Abed qui est conscient du contenu narratif de certains épisodes) aux délires cinéphiliques, Community est un immense chaudron où se mélange harmonieusement diverses références à la culture pop (musicales, télévisuelles et cinématographiques). Un des meilleurs épisodes de la première saison parvient à mettre pêle-mêle l’ouverture de 28 jours plus tard, Matrix, Terminator 2, les films de John Woo, Die Hard, Rambo II, le tout en moins de 20 minutes et sans le moindre accroc ni baisse de rythme.

 

 
D'autres épisodes reprennent les trames scénaristiques de nombreux films: un épisode sur une deuxième partie de paintball va être l'occasion de reprendre les codes du far west, puis de Star Wars. Un autre va reprendre entièrement Breackfast Club. Outre les nombreuses blagues pour cinéphiles, il y a toutes les situations dejantées, irréalistes et decalées qui transforment cette série en un petit bijou télévisuel inventif: un remake du Cercle Des Poètes Disparus, un cours de billard qui finit en un tournoi denudé et dechainé, un cours de poterie où il est interdit de parler de la scène culte de Ghost (la fameuse scène glamour avec la poterie, hein...), l'envoutement subi par un trampoline géant, etc..
Bref, nous nous retrouvons avec un drôle de truc usant d'un humour subtil, basé sur le private joke et le délire parodique.

3.
Des personnages attachants. Sous leur allure de déjà-vu se cachent des individus hauts en couleurs qui s'amusent à se répondre avec des répliques incisives et mordantes, que ce soit parmi le groupe d’études (Abed le geek autiste coincé avec ses références pop culture, Jeffrey le cynique, Pierce le vieux raciste et misogyne,...) mais également dans les seconds rôles comme celui du prof d’espagnol psychopathe « Senor Chang » joué par Ken Jeong.
 
4.
Il y a enfin quelque chose d'intelligent et de percutant dans le monde de la comédie ! Cette série a l'incroyable pouvoir de redonner espoir à n'importe quel spectateur blasé 
 
5.
Un p'tit lien (ça reste entre nous)
Tout les épisodes en vostfr: link

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Kamikaze de l'écran - dans TV
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du kamikaze de l'ecran
  • Le blog du kamikaze de l'ecran
  • : "Le Kamikaze de l'écran" est un web-magazine libertaire offrant à l'internaute des avis de plusieurs chroniqueurs sur le cinéma, le jeu vidéo, la littérature, la BD, mais aussi sur les actualités du net. Priorité à la dérision et l'humour.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens